Diriger avec certitude en période incertaine

23 juin 2020 | Penelope Ouellete, présidente, L’Institut Idée et Mathieu Ouellet, associé fondateur, Tulipe

Game pieces in a group with a leader piece
Définir l’ADN de votre marque représente un défi en temps normal, le faire en pleine pandémie ou en période de troubles sociaux extrêmes est encore plus difficile. Le marché actuel met en lumière plusieurs zones d’ombre, et rend les clients encore plus sensibles aux valeurs des entreprises et à la façon dont elles s’insèrent le monde qui les entoure. La COVID-19 et le mouvement contre le racisme rendent encore plus important que les entreprises se dotent d’un but autre que financier. Aujourd’hui, les consommateurs prennent leurs décisions d’achat sur la foi de l’ADN de votre entreprise – les valeurs qu’elle défend et la façon dont elle se comporte.

Ainsi, pour être en mesure de répondre aux nouveaux besoins engendrés par les changements d’opinions des consommateurs, il est essentiel que votre organisation s’assure de comprendre l’évolution du marché, qu’elle réagisse correctement et qu’elle se dote d’une raison d’être clairement exprimée. Mais comment?

Le contexte général : le marché

Pour avoir une nouvelle vision du monde, nous avons besoin de nouveaux outils. Le processus de cartographie structuraleMD de l’institut Idée nous a permis de découvrir les conditions qui permettront aux entreprises de connaître le succès après une crise mondiale. En voici quelques éléments clés :

Faire connaître son super pouvoir

Pour survivre dans un marché difficile, il faut désormais concentrer ses efforts et ses ressources sur l’identification de ses valeurs fondamentales et adopter une mentalité de « retour à la base ».

Il est essentiel que l’entreprise prenne conscience du champ où elle excelle et comprenne bien ce qu’elle apporte au monde. Les clients d’aujourd’hui recherchent et récompensent les entreprises qui ont un but, qui agissent concrètement et qui se comportent de manière responsable. Pour réussir, surtout en période de crise, votre entreprise doit assumer et faire connaître son super pouvoir : ce qu’elle fait ou qu’elle fournit comme nulle autre.

Innover pour aller de l’avant

L’imagination et la créativité ne peuvent s’épanouir dans un environnement de peur ou de négativité. Favoriser une culture positive au sein de votre organisation permet et encourage des bonds en avant constructifs.

Comme le statu quo ne sera ni pertinent ni possible à l’avenir, les entreprises doivent être prêtes à faire les choses différemment et à encourager activement l’innovation. Dans la « nouvelle normalité », les gens rechercheront ce qui leur a manqué, tout en exigeant des produits et des services pouvant répondre à leurs besoins émergents.

Gros plan : l’organisation

La firme de services-conseils en gestion et compagnie sœur de l’Institut Idée, Tulipe, pousse l’idée encore plus loin. Elle considère que les entreprises voulant maintenir le cap dans cette « nouvelle normalité » doivent faire trois constats :

La demande de la clientèle définit les paramètres d’affaires

Comprendre l’évolution des besoins et des attitudes de la clientèle selon les diverses étapes de la crise, mesurer leur influence sur la demande est essentiel à la mise en place de stratégies et d’actions appropriées.

Ces nouvelles attitudes influencent déjà le comportement des clients dans plusieurs domaines et reflètent ce qu’ils considèrent désormais comme essentiel et superflu. Votre entreprise doit être prête à répondre à ces besoins avec des communications, de la publicité, des produits et des services adaptés au contexte.

Les ressources de l’organisation dictent ce qu’il faut protéger et transformer

Une entreprise doit rester fidèle à ses valeurs fondamentales en établissant des priorités évolutives permettant d’assurer la continuité de ses affaires. Ne gaspillez jamais une bonne crise en ratant l’occasion d’aller plus loin. N’oubliez pas cependant que, si c’était facile, tout le monde le ferait.

Adaptez vos objectifs, vos processus et vos critères d’évaluation afin de renforcer vos capacités d’intelligence d’affaires. Ceci vous permettra d’adapter vos initiatives en fonction de l’évolution de la situation.

Une attitude de leader entraîne le succès

Enfin, et ce n’est pas la moindre des choses, le leadership joue un grand rôle. Les meneurs doivent inspirer la confiance et promouvoir une attitude positive afin de réconforter, de rassurer et de stimuler l’engagement des parties prenantes.

À l’heure actuelle, plusieurs dirigeants ont plus que jamais l’impression d’être sur la sellette. Leurs employés se tournent vers eux pour les guider et, surtout, les inspirer. Pour être un bon meneur, il n’est pas nécessaire d’être le meilleur. Ce qu’il faut, c’est de pouvoir tirer le meilleur des gens.

L’avenir le dira

Si vous comprenez les turbulences du marché, si vous adoptez une attitude de meneur et si vous pouvez compter sur une organisation à la fois cohérente et bien concentrée, vous pourrez négocier les rapides de l’incertitude et en ressortir plus forts. L’avenir sera certainement difficile, mais souvenez-vous que certaines des entreprises et des marques les plus connues du monde ont été créées en temps de récession et même pendant la Grande Crise. Lorsque leurs dirigeants sont concentrés, positifs et favorisent la créativité, les entreprises peuvent sortir des sentiers battus et même changer le monde.

Téléchargez le Livre blanc pour en savoir plus.

 


Penelope Fridman, présidente, l’Institut Idée

Forte de plus de deux décennies d’expérience à la direction d’entreprise et en marketing, Penelope offre à sa clientèle prestigieuse des connaissances et un leadership stratégique hors du commun. Après avoir mis au point des méthodes de développement participatives originales, elle a fondé et préside l’Institut Idée, qui fait partie du collectif d’entreprises indépendantes Humanise.

Mathieu Ouellet, associé fondateur et président, Tulipe

Professionnel accompli dans les secteurs du marketing, de la stratégie et du développement commercial, Mathieu possède 20 ans d’expérience en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Parmi ses réalisations, mentionnons plusieurs projets d’envergure où il a aidé des entreprises à transformer leur modèle d’affaires et à mettre en œuvre des stratégies de croissance novatrices. Il a étudié la gestion internationale et la finance à l’Université Concordia et détient un MBA de la Rotterdam School of Management.